Annuaire Livre d'or

L'Angora Turc

Sa longue robe soyeuse, qui ondule autour de son corps sinueux, lui donne l'allure d'une plume et la grâce d'un souverain.



Ici, dans notre pays, n'importe quel chat à poil long est baptisé angora. Cependant, celui que l'on appelle angora turc, le véritable angora, reste pratiquement inconnu. La raison ? il est victime d'une terrible injustice : en fait, il a donné naissance au persan, qui l'a ensuite détrôné.Autrefois, le nom d'angora était destiné aux magnifiques chats à poil long qui vivaient près d'Angora, la capitale de la Turquie (aujourd'hui, Ankara). D'ailleurs, les Turcs vouent toujours à ce chat un véritable culte puisqu'ils ont été jusqu'à le déclarer "trésor national".
La légende dit que Mustafa Kemal, le libérateur de la Turquie, se réincarnera dans un angora blanc aux yeux vairons. D'où la vénération du peuple pour un chat de ce type... C'est au XVIème siècle, que les angoras ont été importés en France. Ils étaient si beaux, qu'on les offraient aux rois. Louis XV et Marie-Antoinette les appréciaient beaucoup. Il faut bien dire que ce chat a une allure royale. Ses poses toujours gracieuses et fières dégagent une souveraine élégance, surtout lorsque, assis, il se tient droit et ramène sa queue devant lui, comme une traîne. D'ailleurs, c'est peut-être en fréquentant l'antichambre des rois, que lui est venue cette grâce majestueuse !
Intelligent, doux et intuitif, avec toutes ces qualités, il est bien dommage que ce chat soit si peu connu en France ! Si l'on en croit une autre légende, l'angora posséderait une vertu supplémentaire : si vous le regardez droit dans les yeux, il exaucera tous vos vœux... De quoi plaire aux plus exigeants !
Comme son nom l’indique, l’angora turc est originaire de Turquie. Il semblerait qu’il ait été domestiqué en premier par les Tartares et les Chinois dans la ville même d’Angora (ancien nom d’Ankara). Quant à l’origine du poil long, il n’y a plus de mystère : cette mutation du gène sauvage "poil court", originel du chat domestique, est apparue au Moyen-Orient. De Perse ou de Turquie, le poil long est venu d’Asie, des bords de la Mer Noire à la mer Caspienne.
La population Turque considérait les chats blancs à poils longs comme des objets de grande valeur que les riches marchands de la route de la soie s’échangeaient en guise de porte-bonheur dans leur palais d’Ankara. Au 17ème siècle, l’angora turc fut découvert par Pietro Della Valle, grand navigateur Italien, parti oublier un chagrin d’amour dans un périple qui allait le mener à Jérusalem. La description qu’il en fit à son retour séduit tant le naturaliste français, Nicolas Claude Fabri de Pereisc, que ce dernier n’a de cesse d’en emporter en France et devient ainsi le premier éleveur de chat de race.
A cette époque il n’y avait pas de chat à poils long en Europe, l’angora turc va très rapidement devenir un présent très apprécié de l’aristocratie et la grande bourgeoisie. Richelieu, Louis XIV, LouisXV, Louis XVI, Marie-Antoinette, la Pompadour … s’entichent d’Angoras célèbres tel "Brillant" à Louis XV. La noblesse Européenne le recherche et l’achète à prix d’or car il est considéré comme un objet de luxe. Les peintres célèbres de l’époque et jusqu’en 1860 représentent l’Angora Turc sur leurs tableaux, tel "l’enfant et le chat", "Un chat guettant un oiseau de JJ. BACHELIER en 1761, "l’atelier du peintre" de G. COURBET en 1855,où il représente son angora blanc "Etoile". Buffon décrit dans son histoire naturelle (1756), les trois races de chats connues à l’époque : le catus domestic (Européen), le chat des Chartreux et le catus Angorensis, notre angora turc. Vers 1880, sur le Vaudour ancré dans le port d’Istambul, l’écrivain Pierre Loti baptise son angora blanche aux yeux impairs, Belkis. Mais c’est en Angleterre que l’angora turc commença à intéresser les éleveurs. Le célèbre juge britannique H. WEIR décrit ainsi la race dans son ouvrage "Our cats and all about them" (1889) "les meilleurs sont d’un blanc pur aux yeux bleus. Les couleurs sont variées, mais le noir et le bleu, qui doivent avoir les yeux oranges, sont les plus appréciés après la variété blanche". Les couleurs poseront toujours un problème à cette race. En effet, 9 ans après la parution du livre d’H. WEIR, il fut décidé de n’accepter que l’angora turc blanc. Cette histoire de couleur reviendra sur le tapis par la suite et divise toujours les opinions à l’heure actuelle.
Après ces débuts fracassants, les choses allaient se gâter pour l’angora. Les éleveurs anglais se mirent à croiser leurs angoras avec des chats d’Afghanistan à poils longs et laineux pour créer le Persan. Ils réussirent au-delà de leurs espérances, obtenant ce merveilleux félin que nous connaissons tous. Mais si le Persan triompha, le pauvre angora sombra dans l’oubli. Personne ne parlait plus de lui, "angora" désignait n’importe quel chat à poils longs. Le public employait (et emploie encore) ce terme pour parler d’un persan ou d’un chat de maison à poils longs ou mi-longs. Beaucoup de chats de maison, issus de croisements avec des chats à poils longs, sont appelés angora, à tort toutefois car il ne s’agit pas de chats appartenant à cette race particulière. En Turquie, on s’était ému de voir les Britanniques abandonner l’angora qui les avait tant séduit. A la fin de la seconde guerre mondiale, le zoo d’Ankara voulu sauver son angora national (nommé Ankara kédi –chat d’Ankara), il interdit son exportation et sélectionne une trentaine d’Angoras blancs aux yeux bleus, ambre, verts et impairs. Ils auraient pu croupir longtemps au zoo si les Américains ne s’y étaient brusquement intéressés.En 1962, Colonel et Mrs Walter Grant de l'US Armée obtinrent une permission spéciale pour importer un couple de ces chats aux Etats-Unis. Ils s’agissaient d’un mâle blanc aux yeux impairs "Yildiz" (star) et d’une femelle blanche aux yeux ambre "Yildizcik" (starlette). La première portée d’angoras turcs américains vit le jour quelques mois plus tard. Il s’agissait de Mustapha mâle blanc aux yeux impairs et de Shuna Aïsha, femelle blanche aux yeux ambre, qui furent enregistré dans un livre d’origine américain, la CFA. La race fut ainsi reconnut officiellement. En 1967 première réapparition de trois angoras turcs en exposition au meeting annuel de la CFA à Los Angeles. Vers la fin des années 60, un petit groupe d’éleveurs fondèrent "The Original Turkish Angora Society" pour promouvoir le pur angora turc blanc. A partir de là, la race va se répandre dans différents pays d’Europe, en Hollande et en France notamment.
Beaucoup d’éleveurs américains voulaient privilégier le blanc, ce que fait toujours, en Europe, la Fédération Internationale Féline (FIFé), qui ne reconnaît aucun autre ton. En revanche, la CFA, a admis en 1978 de nombreuses variétés de couleurs, suivie par divers clubs indépendants Européens. Actuellement nous pouvons admirer des angoras noirs, bleus, roux, crèmes, smoke, tabbies, bicolores, calico, bref, à peu près toutes les couleurs connues sauf le motif colourpoint.

L'Angora Turc idéal est une sorte de paradoxe: une créature gracieuse parfaitement équilibrée, avec une robe fine et soyeuse, dont le doux flottement contraste avec un corps fin, mais ferme et musclé. Chez lui, l'élégance est plus importante que la taille; ce point doit être une priorité lors du jugement. Les mâles sont légèrement plus grands que les femelles. Les chats de cette race sont intelligents, actifs, et réagissent bien aux manipulations douces mais fermes.
L’angora turc est un chat très affectueux et joueur. La présence d’enfants autour de lui le comble de joie. Ces derniers ont en effet plus de temps à lui consacrer que les adultes et l’angora turc aime que l’on s’occupe de lui !
C’est un chat intelligent qui s’éduque sans aucun problème, encore faut-il, par moment, être assez ferme pour lui faire comprendre les interdits car il est têtu.
Attention à vous c’est un charmeur ! Il saura vous faire craquer avec ses ronrons et ses câlins pour vous faire passer l’envie de le disputer, si par malheur il avait fait une bêtise. Il est également très sociable, il aime tout le monde sans aucune distinction (exceptés ceux qui auraient pu lui faire du mal bien sûr) et il est très curieux. Il participe à toutes vos activités avec beaucoup d’intérêt.
L’angora turc est un chat qui a besoin d’attention et de tendresse, alors pour les maîtres n’appréciant pas particulièrement les chats "pot de colle", mieux vaut choisir une autre race sinon vous le rendrez malheureux
Photos 
© Chatterie de Bab-i-Saadet

Diaporama Chats de race Angora Turc